Guide méthodologique d’élaboration de la cartographie et du plan d’audit basé sur les risques
Guide méthodologique d’élaboration de la cartographie et du plan d’audit basé sur les risques
340 téléchargements

Guide méthodologique d’élaboration de la cartographie et du plan d’audit basé sur les risques

Renforcement de la Redevabilité et de la Gestion des Finances Publiques (PROFIT-CONGO) dont le Comité d’Orientation de la Réforme des Finances Publiques (COREF) assure la gestion fiduciaire en collaboration avec les structures bénéficiaires, celles-ci assurant la mise en oeuvre au opérationnelle des actions et mesures des réformes inscrites dans le plan d’actions prioritaires de la réforme des finances publiques. Ce projet est financé par un fond multi-bailleurs qui est alimenté par un Don de 30,2 millions de dollars américains obtenu de la Banque Mondiale, du Département du Développement International du Royaume Uni (DFID) et du Royaume de Belgique au titre de contribution initiale. Au nombre des bénéficiaires de ce projet on compte : les services publics à caractère financier des Ministères du Plan, du Budget et des Finances ; l’Inspection Générale des Finances ; la Cour des Comptes, les Commissions Economiques et Financières du Parlement ; les Organisations de la Société Civile et les Gouvernements provinciaux du Nord-Kivu, du Kasaï Oriental, de l’Equateur et de la ville de Kinshasa. Initié dans l’objectif d’accroître la transparence et la responsabilité dans la gestion et l’emploi des fonds publics à l’échelon de l’administration centrale et des certaines entités infranationales, le projet PROFIT-Congo vise, dans sa sous-composante 1.1 : Appui à la déconcentration de l’Ordonnancement auprès des ministères sectoriels, à contribuer à la mise en oeuvre effective des dispositions de la loi n°11/011 du 13 juillet 2011 consistant à ramener la gestion des moyens, notamment financiers, auprès des décideurs du secteur dans le but de leur permettre d’être véritablement responsables de la réalisation de leurs objectifs. Ce nouveau cadre de gestion budgétaire, caractérisé par la redéfinition du rôle des principaux acteurs de la gestion des finances publiques de l’État, nécessite une restructuration des administrations publiques.